Derniers articles

Brève communication

Première mention d’Aeshna isoceles (Odonata : Aeshnidae) dans le Territoire de Belfort

Doucet Guillaume & Itrac-Bruneau Raphaëlle
Revue Martinia - photo de

Aeshna isoceles (O.F. Müller, 1767) est une espèce ouest-paléarctique que l’on trouve depuis l’Europe de l’ouest jusqu’en Asie centrale (Kalkman et al., 2015). Son biotope de prédilection correspond à un milieu stagnant à légèrement courant, bien ensoleillé, riche en végétation, notamment en roselière (Heidemann & Seidenbusch, 2002), préférentiellement à basse altitude en dessous de 600 mètres (Maibach, 2005) même si elle atteint parfois 800 à 1000 ...

Lire Télécharger
Revue Martinia - photo de

Trois types de comportements de ponte sont connus chez les Odonates : (1) la ponte endophytique,  réalisée par tous les Zygoptères et les Anisoptères Aeshnidés, avec insertion des œufs dans des tissus végétaux, morts ou vivants, chez les espèces ayant un ovipositeur, complet et fonctionnel ; (2) la ponte exophytique, réalisée par les Anisoptères des autres familles, avec dépose des œufs à la surface de l’eau ou de la rive, chez les espèces ayant un oviposi ...

Lire Télécharger
Revue Martinia - photo de

L’habitat larvaire d’Oxygastra curtisii (Dale, 1834), est ordinairement décrit comme des zones lentes des cours d’eau à ripisylve fonctionnelle (avec un système racinaire atteignant l’eau). Toutefois Herbrecht & Dommanget (2006) nous avaient rapporté le cas d’émergence de l’espèce en milieu lentique (lacs, gravières, étangs tourbeux oligotrophes), puis entre autres Doucet (2009) sur un étang du Périgord ou encore Neveu & Hubert (2013) dans la Somme, Klei ...

Lire Télécharger
Revue Martinia - photo de

Les observations de Lestes barbarus sont de plus en plus nombreuses en Bourgogne-Franche-Comté avec, sur certaines stations, des données enregistrées plusieurs années consécutives qui laissent penser que l’espèce s’est installée durablement dans la région. L’observ ...

Lire Télécharger
Revue Martinia - photo de

Le cycle larvaire de Leucorrhinia pectoralis est donné pour deux à trois ans dans la littérature (Boudot et al. 2017, Wildermuth & Martens 2019), mais pourrait être réduit au moins pour une partie d’une population à un an (Brauner, 2006). En 2019, des indices dans le département de l’Ain (région Auvergne-Rhône-Alpes) nous conduisent à supposer que, comme pour Brauner (2006), le cycle larvaire peut s’achever en un an pour une partie au moins d’une po ...

Lire Télécharger
Abonnez-vous

Pour être informé par mail à chaque nouvelle parution de Martinia.

À propos de Martinia

Martinia est depuis son origine la revue scientifique de référence de l’odonatologie en France. Elle revient aujourd'hui dans un nouveau format en ligne, ouvert et libre d'accès.

Un manuscrit à publier ?

Martinia accepte tous vos articles relatifs à l’odonatologie. N'hésitez pas à consulter les instructions aux auteurs avant d'envoyer votre manuscrit.